50 ans de vie , 25 ans de carrière.


C’est démontré, que le mois de mars et d’avril compte beaucoup de naissance. Personnellement, je me demande pourquoi ? Rire…
On est au Sénégal à présent avec une figure très connue de la mode.

Il a faire de très grands progrès durant ces 50 ans de vie et 25 ans de carrière. Elfège Fulgence KODO, styliste-modéliste béninois, il réside au Sénégal. Il se veut être une source d’inspiration pour bon nombre de personnes dans le domaine de la mode.

Elfège Fulgence KODO source Facebook Elfège-koa


Son histoire

Né le 18 avril 1970, tout à commencer en 1975 à l’âge de 05 ans. « … Il a toujours préféré dessiner que d’écrire.
Au CE1, 3ème année de primaire, ses dessins se sont beaucoup plus axés sur les vêtements. Mais avec sa nourrice qui représentait tout pour lui (ayant perdu sa mère à l’âge de 8 mois et son père à l’âge de 5 ans), ce n’était pas facile. La nourrice voyait de mauvais œil ses dessins. En effet pour celle-ci, cela traduisait une pure fainéantise. Il abandonna les études des années plus tard au niveau BAC et se consacra presqu’à plein temps à sa passion : LE DESSIN DE MODE.
« J’AI ÉTÉ INFLUENCÉ À MES DÉBUTS PAR LE STYLE DU GRAND ET PREMIER CRÉATEUR DE MODE AFRICAIN DU NOM DE « CHRIST SEYDOU » GUINÉEN. PAIX À SON ÂME. EN 1980 QUAND JE N’AVAIS QUE 10 ANS ET QUE JE FOUILLAIS TOUTES LES REVUES « AMINA » À LA RECHERCHE DE SES CRÉATIONS QUI M’ONT PERMIS DE NOURRIR MA CRÉATIVITÉ. DE ME RASSURER QUE JE PEUX ET QUE JE SUIS SUR LA BONNE VOIE, CAR PERSONNE NE CROYAIT EN MOI… JE LUI RENDS VRAIMENT HOMMAGE. »
Beaucoup de tailleurs l’ont remarqué et fait de lui leur ami. Il décida d’en savoir plus sur la couture ainsi il s’était inscrit à l’École Polytechnique LA GALAXIE où il rencontra Mme ABATTI née BADA (Modéliste diplômé d’une grande école de mode de Paris) qui lui enseigna les secrets et subtilités de la coupe, patronage, gradation etc.… Puis à LOMÉ : ICCP (Institut de Coupe, de Couture et de Perfectionnement) … La maison de couture AIGLE DU SUD (maître couturier feu AGOTEY FOLLY AKU) … Maître tailleur AMOUSSOU BONAVENTURE (spécialisé dans la réalisation des costumes en tout genre) .Né le 18 avril 1970, tout à commencer en 1975 à l’âge de 05 ans. « … Il a toujours préféré dessiner que d’écrire.
Au CE1, 3ème année de primaire, ses dessins se sont beaucoup plus axés sur les vêtements. Mais avec sa nourrice qui représentait tout pour lui (ayant perdu sa mère à l’âge de 8 mois et son père à l’âge de 5 ans), ce n’était pas facile. La nourrice voyait de mauvais œil ses dessins. En effet pour celle-ci, cela traduisait une pure fainéantise. Il abandonna les études des années plus tard au niveau BAC et se consacra presqu’à plein temps à sa passion : LE DESSIN DE MODE.
« J’AI ÉTÉ INFLUENCÉ À MES DÉBUTS PAR LE STYLE DU GRAND ET PREMIER CRÉATEUR DE MODE AFRICAIN DU NOM DE « CHRIST SEYDOU » GUINÉEN. PAIX À SON ÂME. EN 1980 QUAND JE N’AVAIS QUE 10 ANS ET QUE JE FOUILLAIS TOUTES LES REVUES « AMINA » À LA RECHERCHE DE SES CRÉATIONS QUI M’ONT PERMIS DE NOURRIR MA CRÉATIVITÉ. DE ME RASSURER QUE JE PEUX ET QUE JE SUIS SUR LA BONNE VOIE, CAR PERSONNE NE CROYAIT EN MOI… JE LUI RENDS VRAIMENT HOMMAGE. »
Beaucoup de tailleurs l’ont remarqué et fait de lui leur ami. Il décida d’en savoir plus sur la couture ainsi il s’était inscrit à l’École Polytechnique LA GALAXIE où il rencontra Mme ABATTI née BADA (Modéliste diplômé d’une grande école de mode de Paris) qui lui enseigna les secrets et subtilités de la coupe, patronage, gradation etc.… Puis à LOMÉ : ICCP (Institut de Coupe, de Couture et de Perfectionnement) … La maison de couture AIGLE DU SUD (maître couturier feu AGOTEY FOLLY AKU) … Maître tailleur AMOUSSOU BONAVENTURE (spécialisé dans la réalisation des costumes en tout genre) .


  Il retourna à Cotonou en 1995 où il décida de se mettre à son compte. En 1998, il eut vent du concours ressort de la créativité et s’était présenté : il fut sacré meilleur styliste du BÉNIN (LAUREAT DU RESSORT DE LA CRÉATIVITÉ) ce qui lui permis d’aller se faire former à ESMOD à PARIS… Et un stage en entreprise à ATELIER 33, L’une des maisons de mode de Paris spécialisée dans la réalisation des tailleurs et manteaux dames. Le tout sous le soutien de L’UNESCO, LA COOPÉRATION FRANÇAISE.

De retour, il commença une collaboration avec la maison CYMBELINE-PARIS (maison française de mode spécialisée dans la confection des robes de mariée et exclusive maison qui habille MISS FRANCE…) Au bout de laquelle un concours fut lancé pour élire le meilleur styliste en 2001… Il fut sacré meilleur styliste du BÉNIN une deuxième fois. Sans compter qu’en 1998, il fut sacré CISEAUX D’OR DU BÉNIN et FINALISTE CISEAUX D’OR UEMOA Concours de création de Mode Ouest Africain Sponsorisé par la maison textile UNIWAX-ABIDJAN (CÔTE D’IVOIRE).

Actuellement basé à Dakar / SÉNÉGAL où, parallèlement à sa fonction de directeur artistique de sa marque de vêtements « KOA’WELF », il est le Représentant et Manager de la marque française naissante « OFF TO LOVE » des vêtements faits à base de WAX et tissus africains distribués pour le moment en Europe et aux États-Unis. « OFF TO LOVE » qui avait commencé par les vêtements d’enfants, est actuellement au niveau des adolescents et ne tardera pas à embrasser le milieu adulte dans un future très proche ». Selon le site http://www.koawelf.com

Elfège KODO & DJIBOTO source Facebook Elfège-koa

Elfège F. KODO c’est quoi votre particularité ?


Ma particularité est que je suis à tout moment, à la recherche de nouveauté. Je fais du mélange, du traditionnel et du modernisme ; tout en insérant dans mes créations, nos cultures, nos habitudes de tout les jours ainsi que nos besoins vis à vis de notre climat. Et ceci sans trop m’appesantir sur les réalités européenne.

En quelques mots , l’habitudes vestimentaire depuis nos grands-parents. Tu sais que le wax n’est pas africain ? Le wax vient de l’hollande d’où le véritable wax hollandais.
Nous, nos tissu en Afrique c’est les pagnes comme le «Kanvo» du Bénin, le «Kitta» de la côte d’Ivoire, le «Kinte» du Ghana, le «Aso » du Nigeria, le «Faso dan fani » du Burkina Faso et bien d’autres. C’est en tout , un peu ce dans quoi, je travail actuellement. Mais, selon la demande du clientèle ça peut virer , vers la modernité. Tout dépend du besoin.

Collection of Elfège KODO source Facebook Elfège-koa


D’où vient vos inspirations ?


Ma source d’inspiration n’est pas fixe. Ça peut partir d’une ballade, des gens croisés, d’un trop plein de stress, de la forme d’un objet ou d’une personne, d’une nuit d’insomnie etc… Mes sources sont d’origines diverses et donnent sur des réalisations diversifiées aussi.


Faites-vous , et la coupe masculine et la coupe féminine ?


Je fais de la coupe masculine autant que féminine. Mais étant donné que la coupe féminine offre plus d’opportunité de fantaisies, on a beaucoup plus de liberté à éplucher, s’évader dans la réalisation de ce côté là. Sinon, je fait du masculin-féminin.

Collection of Elfège KODO source http://www.koawelf.com


Vos services sont ils à porter de toutes les bourses ?


C’est variés. Ça dépend des matières et accessoires qui rentrent en ligne de compte.


25 ans de carrière c’est énorme , aviez vous déjà pris de jeunes stylistes sous vos ailes ?


Oui, Mais pas énormément . je l’avoue, étant donné que je suis pour le moment un STYLISTE NOMADE à multi-facettes. Parmi ces rares que j’ai eu à former, il y a quelques uns qui font leur petit bonhomme de chemin. Il y a Mme DE DRAVO que j’ai perdu de vue depuis bien longtemps et qui avait un bel atelier à Akpakpa à Cotonou ; Anicet qui est quelque part en Afrique centrale ; Benissan Hugues Tete alias HUGUES DE MOSAÏQUE basé actuellement aux États-Unis ; Nadia Karimu alias NADIAKA du Togo. Je donne parfois des formations ponctuelles, des formations en ligne aussi , cela m’arrive de temps en temps , quand on me sollicite.


Puisque vous êtes béninois d’origine ; qu’elle est votre perception de la mode , au Bénin.


La mode au bénin a beaucoup à faire encore , pour se hisser au rend qui lui convient. Libérer les réseaux de connexion du lobbying de la mode au Bénin. Que cela ne reste pas seulement accessible à une toute petite minorité. Il y a des talents qui émergent tout le temps au Bénin et qui n’ont pas l’opportunité de se faire voir. Épurer le milieux de la mode en vue de permettre à la société ce que c’est que d’être tailleur, couturier, couturière, styliste, créateur de mode. Car la société béninoise n’arrive pas à faire la différence entre ces types de professions citées plus haut. Tant que la société n’est pas suffisamment informée, pour appréhender au mieux et à juste titre ce que chacun fait dans le domaine de la mode, les mêmes seront là tout comme s’il y a qu’eux. On ne pèsera donc pas lourd dans la balance de la mode africaine. Déjà, notre pays est très minoritairement représenté sur l’échiquier international. C’est la preuve qu’il faut revoir tout le système. Et pire, la relève en bonne et dure forme ne sera pas assurée. En conclusion, Le Bénin a du pain sur la planche. Les mentalités doivent changer sinon ça bougera pas.

Collection of Elfège KODO source Facebook


La société béninoise n’arrive pas à faire la différence entre ces types de professions ; Est-ce , ce pourquoi vous , vous êtes installé à Dakar ?


Je ne me suis pas installé à Dakar en tant que tel. Je suis de temps en temps sollicité par des institutions pour des fonctions dans la mode par ci par là. Je suis revenu à Dakar l’an dernier par le biais d’une structure française (directement rattachée à la marque de cosmétiques « YVES ROCHER PARIS ». ) de production pour être BRAND MANAGER d’une chaîne de production de vêtements. Ils m’ont fait déplacer sur Paris en vue de prendre connaissance de ce qu’ils attendent de moi ensuite, je suis arrivé à Dakar. Je ne voyage généralement pas juste pour le plaisir, c’est très souvent rattaché à un appel.

Quels sont vos prévisions pour les 25 ans à venir ?

Je préfère garder cela secret et laisser le Seigneur gérer mon futur. Le futur n’appartient à personne, seul à DIEU.

Merci pour le partage de votre expérience. Envie de découvrir les créations de Elfège KODO ? Rendez-vous sur son site internet .

Coédité par Rodrigue AMOUSSOU

N’oubliez surtout pas, luttons contre le virus de la covid 19 en respectant les règles d’hygiène prescrits par nos autorités . Donc à vos masques et à vos gants sans oublier le désinfectant…

Happy Birthday ✨

Feliz cumpleaños🎉

Elfège Fulgence KODO

C

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s